L’agilité en France :
méthodologie de notre étude

Bonjour Gaëlle !

Nous nous retrouvons aujourd’hui pour aborder ta mission au sein d’Astrakhan. Tu nous avais laissé un peu sur notre faim la dernière fois

Peux-tu nous en dire un peu plus ? Quel est l’objectif de ton stage chez Astrakhan ?

Je dois mettre en place une étude qui nous permettra de déterminer l’état des lieux de l’agilité en France.

D’où est venue cette idée ?

Pendant les formations, les clients nous demandaient quel était l’état de l’agilité en France. Pour leur répondre nous utilisions des exemples concrets d’applications, mais nous ne trouvions pas de réelles études françaises sur le sujet, uniquement des sources reflétant une analyse mondiale. Nous avons donc décidé de réaliser notre propre étude.

Quand tu es arrivée, existait-il déjà une base ou as-tu entièrement créé le questionnaire de l’étude ?

Il y a eu un début de projet en septembre, un astrakhaneur avait commencé à faire une version alfa de l’étude. Je suis donc partie de cette base en ordonnant et simplifiant son approche, j’ai fait une sorte de ménage de printemps.

Quel est l’objectif de cette étude ?

A travers ce sondage notre objectif est d’établir un état des lieux de l’agilité en France afin de savoir où en sont les entreprises dans leurs pratiques. Bien évidemment, on demande en premier lieux si les entreprises sont agiles ou non. Cela permet de faire un premier tri pour donner une vision nationale quant à la proportion des entreprises agiles.

Quand les entreprises répondent positivement, nous leur demandons plus en détails quelles méthodes elles utilisent. Cela va nous fournir un retour sur l’ensemble des méthodes et des pratiques utilisées au sein de leur structure.

Comment as-tu construit les questions de l’étude ?

Au début j’ai listé toutes les questions sur le sujet de l’agilité qui pouvaient être exploitables d’un point de vue personnel. Après avoir corrélé mon listing avec la version alfa, j’ai amélioré les réponses associées aux questions afin de tout restructurer.

Dans un second temps, il y a eu une phase collaborative : j’ai fait des réunions de relecture avec tous les sachants. Je leur ai soumis le questionnaire pour qu’ils le commentent sur la pertinence et la valeur des questions que je proposais. Cela m’a permis de structurer la version béta de cette étude pour que le questionnaire soit le plus précis et le plus optimal possible, notamment en le structurant en différentes parties thématiques. Un véritable échange s’est installé avec les différents consultants agiles d’Astrakhan, dès que j’ai une question je vais les voir.

Comment est structurée l’étude ? 

Le questionnaire fonctionne comme un entonnoir : il commence par des questions globales pour finir sur des questions plus détaillées. Ainsi on cible les répondants qui ont des connaissances plus pointues sur le sujet. Cette étude est destinée à la fois aux métiers côté digital, IT, management et RH en tirant ainsi profit de leurs différentes visions pour obtenir un panel de réponses le plus complet possible.

Comment seront triés les résultats ?

Ils seront quantifiés et schématisés afin d’illustrer les pratiques de l’agilité en France. L’objectif est de retranscrire l’analyse des résultats sous forme d’un livre blanc. Il sera accessible gratuitement à l’automne via notre site (www.astrakhan.fr)

Je te remercie Gaëlle pour ces précisions, nous avons hâtes de découvrir le fruit de ton travail !

Rebecca Cristel Delesse – Publié le 16 Juin 2017

Share This